Stéphane Jaspert, vit et travaille à Paris.


"Le plus haut symbole du peuple, c'est le pavé.

     On marche dessus, jusqu 'à ce qu'il vous tombe sur la tête"

 - Victor Hugo

 

L'idée est légère

Peindre les images fortes de notre culture visuelle sur les pavés de Paris : Les symboles les plus connus, tels que les oeuvres d'art, les sigles de marques, logos, personnalités, photos, affiches, signalétique, etc..

Cette serie d'oeuvres est illimitée comme le sont les images. Le choix de ces images tend à aller vers ce qui est immédiatement identifiable par le plus grand nombre, mais est automatiquement lié et à la subjectivité du peintre.

 

Le support est lourd

Le pavé c'est la rue. Bien aligné, il symbolise l'ordre social établi dans l'espace public. Lorsqu'il s'érige en barricade et se transforme en projectile il devient acteur de la révolte anarchique et du chaos... Puis, rangé à nouveau, il fait le dos rond, bien poli, maugréant un peu, pour nous rappeller ses escapades possibles. Le mot pavé figure dans certaines expressions confirmant sa place dans notre patrimoine oral. --> Voir expressions

Généralement en granite, il y en a en grès et porphyre. Souvent gris clair moucheté de points noirs. Avec ou sans grain, il y a de multiples nuances du blanc pur au noir, ocre, jaune, rose, rouge, acajou, brun, vert foncé, bleu clair que l'on perçoit mieux les jour de pluie, notamment sur les pavés sciés. Ils provennaient de petites carrières en France (Bretagne, Normandie) jusqu'au 19e siècle et ont des qualités très diverses. --> Voir photo........--> Voir "granite" (wikipedia)........--> Voir "pavé" Wikipedia

Deux tailles de pavés sont couramment utilisées par la voirie de Paris:

  • le "Mosaïque" ou "10x10", cube irrégulier de côté 10cm env., le plus souvent posé en arc dans les petites rues ( ex: Montmartre ) --> Voir photo Mosaïque
  • l' "Echantillon" parallélipipède irrégulier de 20cm x 15cm X 15cm env., posé droit, souvent invisible sous le goudron de la majorité des rues de Paris

Depuis environ 25 ans ils sont parfois sciés et présentent alors une ou plusieurs surfaces planes.

Ils sont sans cesse recyclés, parfois stockés dans des dépots par la ville, pour changer ensuite de quartier. Leur durée de vie est infinie. On peut trouver sur un pavé une ou plusieurs faces polies par l'usure attestant de leur ancienneté et de leur utilisation multiple. Ils provennaient de petites carrières en France jusqu'au 19e siècle et ont des couleurs très diverses. Actuellement on en importe beaucoup, notamment du Portugal (gris clair généralement).

Ce sont les pavés utilisés ici --> Voir shéma des pavés utilisés comme supports

A certains endroits, Il en existe d'autres plus rares et plus anciens:

  • le - Napoleon - cube irrégulier de côté 20cm env. (ex: Parvis de Notre-Dame de Paris.)
  • le - pavé de la reine - généralement de surface carrée jusqu' à 15cm de coté, avec le bas en forme de cône.
  • le - pavé du roi - surface carrée à partir de 15cm de coté, avec le bas en forme de cône (ex: cour carrée du Louvre) --> Voir pavés du roi à Versailles

C'est un support solide et durable, offrant un fond riche et vibrant, il est chargé d'histoire.

 

Le medium est classique

Gouache puis plusieurs couches de vernis à l'huile (sur pierre donc) devraient donnent une longévité respectables à ces oeuvres.

 

Le projet d'installation

Certaines de ces oeuvres sont ensuite insérés dans l'espace public, inclues dans le pavage des rues. --> Voir: Installation espace public

 

Le référencement sur internet

Comme beaucoup d'autres, le rôle de ce site est d'apparaître dans les moteurs de recherche sur internet. Quand la série des pavés peints fut démarrée en 1999 le but n'était pas du tout de les montrer sur internet. Le premier site a été créé par Serge Roze des Ordons en 2003. La version française est restée depuis à la même adresse (boucherieart.free.fr). Les thèmes populaires représentés en peinture (affublés de leurs mots clé respectifs) apparaissaient alors dans les recherches. C'est ensuite devenu une partie logique de ce travail: Une images est trouvée sur Google, copiée en peinture sur un pavé, puis la photo de ce pavé retourne sur Google.

 

Le but est mythigé

S'agit-il de proposer une collection de fresques miniatures, objets-hommage voués à l'adoration du culte de certaines icônes mythologiques ? Ou au contraire, est-ce la standardisation des symboles, un nivellement de ces images d'origine diverses présentées sur des supports ne tenant compte d'aucune hiérarchie ?

Dans une culture exacerbant les symboles visuels, les multipliant à l'infini, les associant à des domaines les plus divers : Quelle est la place, quelle est la pérennité de ces "mythes" ressassés sans fin et à toutes les sauces? Faut-il avoir recours à de l'anti-mythe ?

Ce sentier jalonné de représentations colorées et séduisantes est en réalité une oeuvre de poids; réhabilitation rupestre, témoin intemporel de l'engouement culturel de notre temps. Oeuvre préfossilée, pour les anthropologues du futur...

 

Art Concept : artiste peintre Pavé de Paris contemporain symbole culture